\"On dit que le temps change les choses ...\"

\

Brignogan Kerlouan Meneham

Ce matin n'écoutant que notre courage

(et aussi cette saleté de blonde qui présente la météo

 et nous avait promis du beau temps)

nous sommes allés affronter la côte des légendes ....

sous la tempête !!

 

 

Ayant réussi à avoir mon mercredi nous avions choisi une destination pour nous promener ...

direction donc Brignogan dans le Nord Finistère.

 

 

 

Pour agrémenter ce post, beaucoup de nos photos prises ce matin mais également des photos trouvées au hasard du net ; Non pas pour le plaisir de chiper mais juste parce que la Bretagne est tellement différente selon la météo que je n'ai pas résisté à vous montrer le même endroit sous différents aspects.

Bonne balade ....

 

 

Brignogan - plages

 

 petite commune du pays du Leon s'ouvrant sur la manche.

Seulement près de 900 habitants y vivent.

 

Son climat se caractérise l'hiver par des vents violents (noooooooon ??) et ce n'est pas N°3 qui prétendra le contraire !

Ce matin il ne pouvait pas avancer face au vent,

 il a fallu pousser dessus !!!

 

Aujourd'hui Brignogan est une station balnéaire réputée du finistère. Longtemps cela a été un village de pêcheurs goëmoniers.

 

 

Brignogan c'est aussi (et surtout) la côte des légendes,

en plein coeur du pays Pagan.

Et comme vous le savez sûrement

(mais si ne faites pas les modestes),

le pays Pagan est célèbre pour ses ... naufrageurs

(gnark, gnark, gnark).

 

Ceux ci attachaient des lanternes mobiles aux cornes des taureaux faisant ainsi croire aux marins que le feu leur indiquait

 la route du port.

Ils illuminaient aussi les églises et chapelles des falaises

pour faire s'échouer les vaisseaux.

Ensuite, ils achevaient les naufragés encore en vie et leur pillaient leur cargaison... tuant parfois sans le savoir certains des leurs (comme dans la légende de la Sainte Clothilde).

 

 

Mais Brignogan c'est aussi :

 

Le phare de PONTUSVAL

 

Erigé sur la pointe de Beg Pol il fut en 1869 la réponse aux nombreux naufrages répertoriés sur la côtes (tu m'étonnes...supprimer les taureaux aurait peut être suffi).

Il sert de relais entre l'ile vierge et l'ile de Batz ; et est classé monument historique depuis 2011

 (comme son copain de St Mathieu).

 

 

 

 

 

 

La Chapelle POL :

 

Rebatie en 1870, elle remplace une chapelle plus ancienne.

Elle est encadrée d'une jolie croix du XVIIe siècle

et d'un calvaire à personnages du XVIe siècle.

Toujours en son jardin fut batie une guérite pour les douaniers. Toute en pierre on y accède par un escalier taillé à même la roche.

La chapelle de POL à aussi sa légende

 

 

 

 

" une nuit, un marin revenant de mer fut surpris par un violent orage. Plutôt que de rentrer chez lui sous la tempête, il décida de se réfugier dans la chapelle Pol et d'y passer la nuit. Alors qu'il commençait à s'endormir, il entendit sonner les douze coups de minuit, deux cierges s'allumèrent sur l'autel et un prêtre apparut au milieu du chœur. Terrifié par cette vision, notre homme se recroquevilla dans son coin, osant à peine respirer. Le prêtre attaqua la messe : "Introibo ad altare Dei…". Pas de réponse. Il recommença une fois, deux fois, toujours rien. Alors les cierges s'éteignirent et le prêtre disparut. Le marin hésita longtemps avant de raconter sa mésaventure, craignant que l'on se moquât de lui. Il décida tout de même de se confier au curé de Plounéour-Trez, qui lui conseilla de retourner une nuit à la chapelle Pol. Dans cette perspective, le curé l'initia à répondre à la messe. L'année suivante, à la même date, le marin retourna à la chapelle. À minuit, les cierges s'allumèrent, le prêtre apparut et commença : "Introibo…" Courageusement, le marin alla se placer à ses côtés et répondit : "Ad Deum qui laetificat juventutem meam" et ainsi de suite. La cérémonie terminée, le prêtre le remercia et lui expliqua qu'il était une âme du purgatoire, contraint de venir dire la messe dans la petite chapelle Pol à chaque date anniversaire de sa mort,

sa pénitence s'achevant à l'instant

où quelqu'un viendrait lui répondre."

 

 

Une tradition est également liée à la chapelle POL : quand un marin est porté disparu au large de ses côtes une messe y est célébrée et ... 3 jours plus tard le corps s'échoue sur le rivage.

 

 

MENEHAM : le village de pêcheurs....

 

 

... et son atypique poste de garde.

 

 

Ce hammeau fut d'abord un village militaire (sous Vauban),

puis un village de douaniers

avant d'être un village de pêcheurs goëmoniers.

 

Déserté dès les années 50, il a été entièrement restauré à l'identique entre 2004 et 2009 : une pure merveille pour les yeux !!

 

 

La curiosité du hammeau demeure dans son poste de garde. Personne ne sait quand a été réellement contruite cette batisse en plein coeur d'un chaos granitique derrière lequel

est abrité le village.

Il est le seul bâtiment du hammeau a posséder un toit en pierres, tous les autres sont faits de chaume.

 

( avant 2004)

 

les conditions de vie dans ce village sont particulièrement difficiles (et ce n'est pas nous qui allons dire le contraire

 rien qu'en y ayant passé un heure par grand vent ce matin).

La proximité de la terre, la rudesse des sols,

 le vent qui s'engouffre avec violence rendent la terre difficile à cultiver et la vie totalement tributaire des éléments.

Celà explique la désertification du village dès les années 50.

 

 

 

 

 

 

La Côte en elle même :

 

D'une beauté ahurissante ses rochers aux tons parfois rosés

 nous rapelle que nous ne sommes plus si loin des côtes d'Armor.

Et la présence des blocs en font un site de grimpette privilégié (prévoir tout de même le strap aux phalanges

 car le granit aie aie aie)

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 



01/02/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres